Activités

Production audiovisuelle

L’IFCIC garantit, grâce à un fonds doté par le CNC, des crédits à court terme à la production audiovisuelle, ainsi que des crédits à moyen terme aux sociétés de production.

Après un fléchissement en 2014, le secteur audiovisuel a connu en 2015 un rebond de la production de risque de 23 %. Le volume total des garanties délivrées atteint 40 millions d’euros pour 79 millions d’euros de crédits garantis, retrouvant un niveau comparable avec 2013 (82 millions). Si l’animation continue d’être le genre majoritairement soutenu par le fonds de garantie (52% contre 55% en 2014 et 59% en 2013), on observe un rééquilibrage au profit de la fiction, qui représente en 2015 32% du total des garanties émises (23% en 2014), alors que le documentaire capte 16% des garanties (21,5% en 2014).

Le documentaire occupe traditionnellement une place minoritaire parmi les crédits garantis par l’IFCIC compte tenu des devis modestes et des types de financements en jeu. Si la production de risque relative à ce genre marque un repli par rapport à 2014 (-10%), elle est toutefois en progression par rapport à 2013 (+34%). En 2015, 19 crédits finançant la production d’un ou plusieurs documentaires ont été garantis par l’IFCIC, contre 21 en 2014 et 9 en 2013.

Après une forte baisse en 2014, les garanties délivrées au secteur de la fiction ont connu en 2015 une augmentation sensible de +69%, atteignant un montant de 12,8 M€ et retrouvant ainsi un niveau équivalent à celui de 2013 (+5%). En 2015, 10 programmes de fiction ont fait l’objet d’un crédit garanti par l’IFCIC, contre 7 en 2014 et 11 en 2013, la hausse de la production de risque résulte donc à la fois de l’augmentation du nombre d’œuvres ayant fait l’objet d’un crédit garanti par l’IFCIC et du montant moyen garanti, porté notamment par deux opérations pour des séries d’envergure. Ce secteur de la fiction se distingue également par une forte concentration : quatre sociétés représentent 67% des garanties délivrées.

Le volume des garanties émises pour le secteur de l’animation avec 21 millions d’euros de production de risque est en augmentation de 15% par rapport à 2014 et en recul de 15% par rapport à 2013. Le nombre de nouveaux programmes mis en production en 2015 et ayant bénéficié de la garantie de l’IFCIC a légèrement baissé avec 11 œuvres garanties en 2015 contre 14 l’an dernier. Cette dichotomie apparente s’explique par la très nette remontée du nombre de crédits export garantis par l’IFCIC en 2015. Les séries d’animation à potentiel international mises en production en 2015 ont en effet davantage fait l’objet, en plus du crédit de production finançant la majeure partie de leur fabrication, d’un crédit export appuyé sur les ventes étranger futures estimées des séries en question et permettant de compléter la trésorerie de leur fabrication. Le volume de production de risque représenté par les crédits export était similaire en 2013 et 2015 (-2%), mais imputable alors à 16 séries contre 11 en 2015.

Depuis 2010, la production de risque relative aux crédits de distribution en audiovisuel était nulle. Celle-ci s’établit en 2015 à 1,3 M€ en 2015 pour 2 crédits et représente 3% du montant total des garanties émises.

Au 31.12.2015

Fonds de garantie net (secteur audiovisuel) : 10,8 M€

Encours de risque IFCIC (hors contentieux) : 67,2 M€ (54,7  M€ au 31/12/2014, soit +22,9%), correspondant à 132,4 M€ de crédits

Taux moyen des garanties : 50,9% sur l'ensemble des crédits garantis

Montant des garanties accordées durant l'exercice : 32,8 M€ (32,8 M€ en 2014, soit +22,5%), correspondant à 79,2 M€ de crédits

Provisions en capital sur sinistres déclarés durant l'exercice : 0,4 M€


Partager