Activités

Production cinéma

L’IFCIC garantit, grâce à un fonds doté par le CNC, des crédits à court et moyen terme à la production et la distribution cinématographique, ainsi que des crédits à court terme aux sociétés de production européennes, grâce à un fonds doté par MEDIA de la Commission européenne en 2011, auquel a succédé, à partir de 2014, une ligne européenne dédiée au sein du fonds CNC.

 

Après une année 2015 qui marquait déjà un “record”, la production de risque dans le secteur cinéma a continué d’augmenter en 2016 (+ 4 %) pour s’établir à 220 millions d’euros, correspondant à 417 millions d’euros de nouveaux crédits garantis.

Les garanties accordées pour des crédits finançant la fabrication des films (crédits de production et crédits export) continuent de représenter la quasi-totalité de l’activité (198 M€, + 3 % par rapport à 2015). Au sein de cette catégorie de crédits, on observe la hausse de la production de risque liée aux crédits destinés aux exportateurs et la forte croissance du fonds de garantie dédié aux productions européennes (+ 118 % de garanties accordées par rapport à 2015, soit + 16 millions d’euros). À l’inverse, la production de risque relative aux crédits de production garantis sur le fond domestique diminue de 11 %.

Les films mis en production en 2016 et ayant bénéficié de crédits garantis par l’IFCIC sont au nombre de 102 (83 films financés sur le fonds domestique, 19 productions européennes). Ce nombre reste sensiblement supérieur aux années précédentes (81 en 2014 et 95 films en 2013) mais n’atteint pas le record de 2015 (122, dont 110 sur le fonds domestique et 12 sur le fonds européen). Le dynamisme grandissant sur le marché européen d’un des établissements de crédits faisant traditionnellement appel à l’IFCIC explique notamment cette forte hausse de la production européenne garantie par l’IFCIC.

S’agissant des films majoritairement français dont le nombre a connu un repli certain (83 en 2016 contre 110 en 2015), les statistiques issues de la commission d’agrément du CNC expriment cette même tendance à la baisse, mais dans des proportions moindres (- 9 % de films agréés par rapport à 2015) que pour le seul échantillon des films ayant fait l’objet d’un crédit de production garanti par l’IFCIC.

En effet, la part des films produits par des producteurs indépendants dits “fragiles”, le coeur de cible de l’intervention de l’IFCIC, est en diminution relative par rapport aux films produits par des indépendants solides. 

S’ajoute à cela, un petit nombre de films dont le plan de financement a permis à leur producteur de ne pas avoir recours à un crédit structuré au sein d’un établissement de crédit spécialisé mais à des relais de financement effectués par des banques pour lesquelles le recours à l’IFCIC est très rare.

La baisse relative de la production de risque relative aux crédits finançant la fabrication des films domestiques par rapport à celle plus importante du nombre de ces films s’explique par le montant moyen de garantie de crédit accordé par film, en augmentation en 2016 de 18 % par rapport à 2015.

Le devis moyen des oeuvres financées avec le soutien de l’IFCIC a en effet nettement progressé (6,6 M€, contre 5 M€ en 2015 et en 2014) ; il s’agit du chiffre le plus élevé observé depuis 2011 (6,7 M€). A noter pour relativiser cette hausse, qu’un film d’animation au budget atypique de 64 M€ tire cette moyenne vers le haut : sans prendre ce film en considération, le budget moyen s’élèverait à 6 M€, restant supérieur de 19 % à 2015 et 2014.

En dépit de la baisse du nombre de films ayant bénéficié d’un crédit de production garanti par l’IFCIC, deux tiers des budgets des films dont les crédits sont garantis par l’IFCIC s’échelonnent désormais entre 4 M€ et plus de 15 M€. En 2014 et 2015, deux-tiers de ces budgets étaient inférieurs ou égaux à 5 M€.

Enfin, pour ce qui concerne la production de risque relative aux crédits de distribution, le montant des crédits garantis est stable autour de 30 M€ depuis 2014, année de la mise en place de mesures de soutien renforcé à la distribution.

Au 31.12.2016

Fonds de garantie net (secteur cinéma) : 21,2 M€

Encours de risque IFCIC (hors contentieux)321 M€ (+19%) dont 25M€ au titre du cinéma européen, correspondant à 615M€ de crédits

Taux moyen des garanties : 52% sur l'ensemble des crédits garantis

Montant des garanties accordées et utilisées durant l'exercice : 219.9 M€ (+4.2%) dont 29.5 M€ au titre du cinéma européen, correspondant à 417 M€ de crédits

Sinistres déclarés durant l'exercice : 0,9 M€


Partager