Actualités

Remise du rapport de Pierre Lescure

Le 13 mai, Pierre Lescure a remis au Président de la République et à la ministre de la Culture et de la Communication son rapport sur la politique culturelle à l'ère des contenus numériques. Deux des 80 propositions présentées concernent directement l’IFCIC : 

  • 4ème proposition : s’agissant de la numérisation des œuvres dont l’exploitation offre des perspectives de rentabilité, privilégier la mobilisation de l’IFCIC, sous la forme d’avances remboursables.
  • 14ème proposition : adosser l’IFCIC à la BPI (signature d’une convention cadre) et renforcer la place du numérique dans ses interventions, en encourageant les cofinancements avec les guichets sectoriels. Dans ce cadre, soutenir la transition numérique des industries culturelles et le développement de services numériques innovants et éditorialisés (notamment ceux associant les médiateurs culturels publics et privés.


« […] il est proposé de s’appuyer sur l’Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC) qui dispose d’une expertise reconnue, d’une bonne connaissance de l’économie de la culture, d’une variété d’outils d’intervention et d’une expérience dans le domaine du numérique. Cet opérateur pourrait être le bras armé de la Banque publique d’investissement (BPI) dans le domaine des industries culturelles. Moyennant un apport de la BPI compris entre 70 et 95 M€, l’IFCIC pourrait renforcer ses interventions en faveur de la transition numérique des industries culturelles et des services culturels numériques, en mettant l’accent sur l’innovation, l’éditorialisation et la médiation culturelle. Des partenariats entre l’IFCIC et les guichets sectoriels (CNC, CNL, etc.) permettraient de proposer des outils d’intervention mixtes, combinant prêt ou garantie et subvention. » (Pierre Lescure (mai 2013), « Culture-Acte2 – Mission « Acte II de l’exception culturelle » - Contribution aux politiques culturelles à l’ère numérique », Tome 1, p.12)

 

« […] La structure de l’actionnariat de l’IFCIC fait qu’il entretient déjà, de facto, des liens étroits avec la BPI. Une convention cadre pourrait être conclue entre l’Etat et la BPI, afin de définir les modalités selon lesquelles l’IFCIC pourrait développer son intervention auprès des industries culturelles, grâce à l’effet de levier de la BPI. » (Pierre Lescure (mai 2013), « Culture-Acte2 – Mission « Acte II de l’exception culturelle » - Contribution aux politiques culturelles à l’ère numérique », Tome 1, p.137)

 


  « L’IFCIC se réjouit de ces propositions qui permettront de renforcer et de développer ses moyens au service des entreprises du secteur culturel, dont les modèles économiques spécifiques sont parfaitement connus des équipes de l'établissement. », indique Laurent VALLET, Directeur général.

Télécharger le rapport


Partager